You are currently viewing Discussion avec Klaudia Gawlas : Papillon de Nuit de la Techno

Discussion avec Klaudia Gawlas : Papillon de Nuit de la Techno

Klaudia Gawlas est une DJ et productrice et incontournable de la techno en Allemagne. Pour elle la vie est une question de bonheur et la techno la rend heureuse donc c’est en forcant le destin que Klaudia devient ce qu’elle est aujourd’hui. En effet, sa carrière et son entourage ne la guidaient pas du tout vers cette voie mais vers celle d’une petite vie bien rangée aux antipodes qu’est celle dont elle aspire.

Image mise en avant : © Klaudia Gawlas

Elle cède à son entourage et travaille dans le secteur du tertiaire aux Etats-Unis puis elle revient en Allemagne. Son envie de DJing et de mixer ses propres sons est plus fort que tout. Klaudia écume les raves et les événements techno de Baviére. Elle se fait un petit nom et tisse son réseau. Et cela fait maintenant près de deux décennies, que la musicienne pur-sang suit sa vocation, programmée en tête d’affiche dans lors de soirées et festivals du monde entier. Et c’est avec la sortie de son track « Papillon » en 2013, que Klaudia Gawlas gravi les échelons supérieurs du monde de la Techno.

Pour la petite histoire Klaudia a toujours eu soif d’exprimer sa propre musique, celle qu’elle porte en elle. Et c’est jeune, à l’âge de 13 ans, qu’elle trouve rapidement ce dont elle a besoin pour le faire : un ordinateur. La jeune productrice se fait alors la main sur son Commodore 64. En parallèle, elle commence se faire la belle et à sortir dans clubs. Elle tombe rapidement amoureuse de la musique que l’on appelle techno. Un jour, sa tante lui offre une cassette de Jeff Mills – c’est la révélation.

En 2022, Klaudia Gawlas fait l’actualité avec la sortie d’un EP Sakura via qu’elle a cosigné avec Gary Beck via Bek, et un remix pour le dernier single de Simina Grigoriu « Sector Unu », via Kuukou records fin septembre. Entre deux avions, posée dans son salon Klaudia répond à nos questions.



Toi

WODJ MAG : Salut Klaudia, comment vas-tu ? Tu es pas mal sur la route en ce moment donc un grand merci pour le temps que tu nous accordes.

Klaudia Gawlas : Je devrais plutôt dire merci de me recevoir ! En ce moment, je suis de retour à la maison, après une tournée en Inde où j’ai donné trois concerts. J’ai quelques jours ici pour me détendre avant de partir pour mes concerts du week-end. J’en ai trois ce week-end, puis je pars à Porto Rico pour le lancement de Mixmag Caribbean, ce qui me donne l’occasion de rester quelques jours de plus et de profiter de l’endroit. Le temps passé à la maison est rare, donc vous avez pu me connecter au bon moment. J’adore être à la maison.

Pourrais-tu te présenter pour celles et ceux qui ne te découvrent ?

Je suis une DJ et productrice de techno originaire d’Allemagne. Je joue depuis 2006, et le DJing est vraiment la seule chose que j’ai toujours voulu faire.

Quel est ton style ?

Je décrirais ma musique et mes sets comme étant énergiques avec de la mélodie, mais toujours avec du rebond.

À quel moment as-tu réalisé que tu voulais être un DJ à temps plein ?

Eh bien, c’est une longue histoire et cela a demandé beaucoup de temps et de travail. Après avoir terminé mes études, j’ai réalisé que je voulais travailler dans le domaine de la musique. C’est un travail à but non lucratif quand on débute, mais ce n’était pas important pour moi à l’époque. J’ai toujours su que je serais le plus heureux lorsque je travaillerais dans la musique, et je ne suis pas fait pour le système de travail normal d’un emploi de bureau. J’ai besoin d’être libre et d’avoir quelque chose qui favorise ma créativité. Lorsque j’ai commencé à être DJ, je ne pensais pas à l’argent, je voulais simplement être sur scène et partager ma passion avec les gens. Mais quand j’ai commencé à obtenir 3 ou 4 réservations par mois et que je pouvais payer mes frais de subsistance, j’ai décidé que c’était la seule chose que je voulais faire.

As-tu un track qui marque ta carrière ?

C’est peut-être « Papillon » (sorti en 2013 via Beatdisaster Records.) Je pense que ce titre a été un « Hit Banger » en Allemagne et dans d’autres pays d’Europe. Ce titre m’a aidé à monter sur des scènes et des line-up plus importants, et je pense que c’est l’un de mes titres les plus connus, lorsque les gens pensent à ce que j’ai produit.




Comment vois-tu la nouvelle génération techno ?

C ́est intéressant de voir comment les choses changent au fil des générations. Je suis une personne très ouverte. La techno est devenue un peu plus rapide ces dernières années à cause de l’énergie des jeunes artistes. Mais le changement peut être bon. Je pense que c’est la façon normale d’amener les nouvelles générations et ce vent frais. Mais les DJs plus anciens ne disparaîtront pas, la plupart ont tellement d’expérience.

As-tu des suggestions à faire aux femmes DJs et productrices à suivre de près ?

Faites ce que vous aimez. Et aimez ce que vous faites. Je n’ai jamais fait de différence entre les musiciens masculins et féminins, car pour moi, c’est la musique elle-même qui compte. Soyez bon dans ce que vous faites, aimez ce que vous faites et n’essayez pas de réaliser les rêves des autres. Ne perdez jamais votre amour pour la musique.

C’est quoi une journée type avec toi ?

J’aime me lever tôt, prendre un bon café fort, puis commencer ma journée au bureau, normalement jusqu’à midi environ, car j’ai besoin de quelques heures pour me réveiller avant de faire de la musique, et j’ai aussi des e-mails auxquels je dois répondre. Lorsque je suis fatigué et que je ne me sens pas du tout créatif, je fais une petite pause pour prendre du temps pour moi avant de commencer la musique. Je vérifie les promos, je fais un peu de travail en studio ou je jamme simplement pour avoir le bon feeling pour la journée.

Lorsque tu es en studio, quelle est la première chose que tu fais ?

J’y suis principalement l’après-midi et le soir. J’aime être dans le studio la nuit. C’est comme un vaisseau spatial avec toutes les lumières. J’allume toutes les machines que j’ai. Je commence à jouer avec une mélodie. Si j’ai une accroche, je commence à créer la bonne grosse caisse, les hi hats et ainsi de suite. Ainsi, j’ai déjà le groove où je veux aller. Et la véritable partie créative commence lorsque vous remplissez votre piste de choses magiques. Il faut qu’elle m’emmène en voyage. Je suis un rêveur typique et je pourrais faire cela toute la journée, alors j’essaie de rêver et de suivre mon cœur pendant ce processus.

Klaudia Gawlas productrice DJ de Berlin techno mondiale

© Klaudia Gawlas



Tes projets

Tu as co-signé « Sakura » avec Gary Beck. Comment s’est passée cette collaboration ?

Cette collaboration a été très agréable et spéciale pour moi, car j’aime Gary en tant que producteur depuis de nombreuses années et j’ai joué beaucoup de ses morceaux, c’était donc un grand honneur de travailler avec lui.

De plus, c’est cool de travailler avec quelqu’un d’autre. La plupart du temps, vous êtes seul, ce que j’aime aussi, mais c’était une variété agréable de faire cet EP. J’adore les trois titres, ils sont tout simplement incroyables et je n’aurais probablement jamais eu un aussi bon résultat sans Gary. Donc, celui-ci était très inspirant et valait la peine d’être fait.

Quel est l’idée derrière ce titre « Sakura » ?

Sakura est la fleur nationale du Japon et cela signifie « fleurs de cerisier ». Elle représente une période de renouveau et d’optimisme. Le nom vient de Gary.

Penses-tu que travailler avec d’autres producteurs est un défi ?

C’est un défi. Je veux dire, chacun a ses propres goûts ou son propre flux de travail. Certains artistes ne connaissent et ne veulent faire les choses qu’à leur manière, il est donc difficile de combiner les deux esprits. Mais il y en a d’autres, vous êtes peut-être au même niveau, alors cela fonctionne bien. Mais parfois, c’est un défi. Chacun travaille d’une manière différente, ce qui est bien, mais parfois de petits changements changent complètement la piste. C’est donc la partie la plus difficile pour moi.

Où as-tu joué en Allemagne ces derniers temps ?

J’ai joué dans de nombreux festivals pendant l’été et c’était une période post-pandémie très intense, mais cela m’a beaucoup manqué et j’avais la chair de poule tout le temps quand j’étais sur scène. Tomorrowland, Extrema Outdoor, Nature One, Ikarus Festival, SeaYou Festival, Parookaville et Loveland, pour n’en citer que quelques-uns. Ils étaient très spéciaux pour moi.Le dernier était le Nibirii Festival près de Cologne. C’est un nouveau festival, il se développe rapidement et l’emplacement près d’un lac est tout simplement incroyable.

Peux-tu nous partager tes prochaines dates importantes ?

Après une longue pause, je vais enfin rejouer à Awakenings Gashouder pendant ADE pour Joseph Capriati et je ne pourrais pas être plus heureux. Ensuite, j’irai à Porto Rico et pouvoir jouer pour un public des Caraïbes est tout simplement incroyable. Un autre événement spécial pour moi est de jouer au Troffler d’Amsterdam, sans oublier mon marathon d’anniversaire à la fin du mois d’octobre. Consultez mes réseaux sociaux pour plus d’informations.

Quel est ton plus grand rêve et comment comptes-tu le réaliser ?

J’ai déjà réalisé de nombreux rêves, mais je continue à rêver. C’est ce qui me fait avancer. J’ai encore quelques festivals sur ma liste de choses à faire. Mais je pense que ce n’est pas toujours le nom ou le festival qui compte, c’est le public et la connexion entre vous et lui. Parfois, vous pouvez jouer dans le meilleur festival, mais si le public n’est pas connecté avec vous, ce ne sera pas magique. Je continue donc à rêver en restant connecté aussi longtemps qu’il m’est permis de le faire.

 

Streamer Sector Unu de Simina Grigoriu, remixé par Klaudia Gawlas, via Kuukou Records



Site officiel
Facebook
Instagram
SoundCloud
YouTube
Discogs
resident Advisor